Ce moment où…

***************

Tu craques.

Ton corps s’effondre.

Et tout ton monde semble s’effondrer autour de toi.

Alors que non, la planète continue de tourner autour de son axe, les oiseaux de chanter et les trains de partir en retard.

La solitude, allégorieDepuis quelques mois, je suis en mission à 140km de chez moi. 280km aller-retour. Tous. les. jours.
La fatigue est omniprésente. Elle sue par toutes mes pores, dégrade mon travail et mon relationnel. Me transforme en un genre de monstre dans lequel je ne me reconnais pas.

J’ai tiré deux fois la sirène d’alarme et eu un accident du travail. Mais comme le client n’est pas prêt à me lâcher, ma boite et lui ont fait un tour de table pour convenir d’une solution.
Bien sûr, j’aurais du dire non. Bien sûr, j’aurais du être honnête.
Leur solution va pouvoir palier au problème immédiat de la fatigue, pendant un temps au moins. Cela ne va par contre pas changer grand chose pour ma souffrance quotidienne (allez, balançons le mot : déprime).

Je ne me reconnais plus dans mon travail. Je ne me reconnais plus dans ma vie. Je ne supporte plus mon prochain. Je jette un masque de professionnalisme sur mon visage tout au long de la journée pour l’abandonner une fois assise dans le train et me laisser dévorer par mes larmes et ma langueur.

****

Et vous? Avez-vous déjà rencontré cette sensation? Quelle a été votre réaction? L’évènement qui a fait que?