Petits dips de poulet

Coucou!

Ma grande passion dans la vie (après GrandBrun), c’est de manger. Et comme en ce moment, la météo est complètement bipolaire, je ne sais plus du tout quoi me faire. J’en avais envie depuis un petit moment, en plus de cela, la friteuse de mon anniversaire commence à prendre la poussière alors qu’à cela ne tienne, ce soir ce sera poulet frit!

Oui, au mois d’Août, tout à fait, GrandBrun a fait les mêmes yeux que vous. Mais que voulez vous, une envie de poulet pané chez moi, ça n’attends pas!

Comme j’avais acheté précédemment de la chapelure de pain (la coquine)(non ce n’était pas prémédité) j’ai pu faire mes petits dips maison comme suit.

Le Miam

Après avoir découpé les escalopes de poulet (ou de dinde, de poulet, bref, du gallinacé quoi) en morceaux qui me semblaient sympa ( 1cm par 3 cm par 2 cm, on est ingénieur qualité ou on l’est pas 😉 ) que j’ai d’abord roulotté dans la farine puis dans l’œuf, puis dans ma préparation de chapelure.

Alors, dans ma chapelure de pain, j’ai ajouté un petit peu de piment doux, un mélange d’épices achetées au marché de Noël (le stand sous la cathédrale) et des graines. De lin, de tournesol et de sésame.

Puis une cuillère d’huile d’olive et zou! 30 minutes dans la Actifry et Hoplà!

Dips de poulet maison

Bon appétit!

Nota Bene : oui, vous avez bien lu, j’ai bel et bien écris cet article en août 2016. Il est resté un moment dans mes brouillons avant que je ne repose les pieds sur terre et ne me décide à vous le poster. Vous en saurez plus très bientôt c’est promis. Bisous à vous!

Publicités

Dear Alsace #1 – Mont sainte Odile

Ce week-end de commémoration a été très beau sur plus ou moins toute la France mais également en Alsace. Bien que choyés par notre petit nid douillet, nous avons voulu sortir prendre l’air plus loin que notre petite ballade dans le quartier.

S’étant levés trop tard pour tenter le ballon d’Alsace, et n’ayant pas envie de débourser pour un Haut-Koenigsbourg visité en vitesse, nous avons jeté notre dévolu sur le mont Sainte Odile.

20160507_150156

Cette montagne est surmontée de l’abbaye d’Hohenbourg, un couvent très fréquenté par les pèlerins et les touristes (il faut dire qu’il y a de quoi, c’est très beau). Pour y monter, nous sommes passés par le centre d’Obernai qui est très joli, je pense que nous y retournerons pour y faire un stop.

 

Lors de notre visite de l’abbaye, nous avons fait quelques photos (uniquement en extérieur, il ne nous semblait pas approprié d’en faire alors qu’un office était en cours dans la basilique).

L'arrière de la bâtisse

L'arrière de la bâtisse

Cadran solaire de l'abbaye

Rose des vents dans la cour

 

Puis nous avons fuit la masse touristique teutonne (ça parle très fort un allemand #teamclichébonjour) pour nous réfugier dans les bois en dessous de l’édifice.

Petite astuce pour ceux qui sont intéressés par la ballade jusqu’à la source, si vous suivez le panonceau « source », il faut tourner à droite dans l’escalier, si vous voulez passer par la route, autant faire demi-tour et longer la route qui descends à gauche de l’abbaye.

Nous avions (vraiment pas beaucoup) préparé notre escapade avec le site Alsace Rando (comprenez qu’on avait à peine lu le lieu de départ et la durée de la ballade puisqu’à mi chemin, GrandBrun s’est angoissé de n’avoir pas encore tourné pour rejoindre le point de départ). La ballade était facile et nous avons profité de cette pause dans la verdure, le silence a peine troublé par les cris des oiseaux.

La ballade permet de longer un mur que l’on appelle le « mur païen » et qui est composé de gros blocs de pierre. Curiosité d’ailleurs, les blocs de pierre qui composent ce mur sont constellés de cailloux et leur surface est brillante, incrusté de quartz ou de mica. J’ai regretté un peu mes cours de Géologie qui auraient certainement pu me renseigner sur leur nature exacte.

Très souvent, une trouée dans la végétation permet d’admirer la vue sur la plaine d’Alsace.

20160507_160246

Le parcours n’est pas très compliqué, et, sur le chemin du retour, nous sommes tombés sur une table d’orientation et un petit abri squatté par des randonneurs. Nous ne nous sommes pas attardés, mais le lieu nous a induit en erreur : quand un randonneur arrivant en sens inverse nous a demandé plein d’enthousiasme où était le lieu du crash de l’A320 nous avons cru qu’il s’agissait de cet endroit.

Mal nous en a pris, le malheureux monsieur était passé devant l’embranchement pour le mémorial sans le voir. Même si j’avoue que mettre un panonceau aussi petit, aussi haut et seulement visible dans notre sens, c’est pas très cool. Nous avons tellement culpabilisé que nous avions même dans l’idée de faire demi-tour pour l’avertir 😦

Pour ceux qui sont nés après 95, un avion A320 s’est crashé sur les sommets du Mont, entrainant la mort de près de 90 personnes.

Plus loin après le mémorial, nous avons pu nous reposer quelques minutes à la grotte du Druide. On a cherché en vain Panoramix 😦La grotte du druide

 

Bref, après ces rochers, le chemin nous ramenait sur la première partie de la boucle et nous avons rejoins Titine qui nous attendait au parking en nous promettant de recommencer une jolie ballade pour nos prochains beaux samedi!